AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Bien le bonjour cher(s) membres et futur(s) membres! Le parc a ouvert le 26 juin 2015, nous vous souhaitons la bienvenue parmis nous.
Un Recensement a été fait il y a peu et de nombreux personnages importants tirés du film sont de nouveaux disponibles!!!!! Les inscriptions pour les Animaliers sont de nouveaux ouvertes !!!

Partagez| .

For god sake ... SHUT UP ! [Felix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas
AuteurMessage

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Jeu 9 Juil - 0:58

Bon sang mais quel idiot j'étais … cette fois j'avais voulu un peu trop jouer avec le feu pour me prouver que … bah rien ne m'était impossible. Oh, non pas en enfreignant une nouvelle loi du parc mais plutôt en papillonnant devant la mauvaise personne. En effet, depuis le centre du parc j'avais repérer cette fois non pas une demoiselle mais un charmant jeune homme qui éveillait pas mal de désir en moi. De là, tactique classique, je l'observais longuement, espérant qu'il sente mon regard se poser sur lui et je l'ai suivit … partout à travers le parc et ceci jusqu'aux gyrosphères. Sauf que voilà, certain de ma capacité à … avoir ce que je veux, disons le clairement, bah je suis passé à l'étape supérieur : J'ai commencé à l'aborder, à faire connaissance, puis à jouer de mes charmes. Sauf que voilà, à notre époque, les gens ne sont pas encore aussi ouverts d'esprit que je le pensais. En effet, me faire insulter, manquer de me prendre une droite, déjà ce n'était pas marrant, mais quand ce dernier n'était pas seul … car ce que je n'avais pas remarqué avant de l'aborder, c'est que ce petit gars, il était loin d'être seul ! Si il était venu ici c'était pour retrouver cinq de ses amis, tous aussi homophobes, tous du genre à réfléchir avec les poings plutôt que la tête. Alors j'ai commencé à m'éclipser, le plus vite possible, pour éviter de faire venir Zara car on m'avait retrouvé à l'infirmerie du parc.

Seulement, dans un coin aussi paumé du parc, comment faire pour échapper à une bande de furieux ? Surtout sachant que le tram ne repasserait pas avant plusieurs longues minutes et que même si je me collais à la sécurité j'aurais le temps de bien morfler ? Déjà que de base je voulais pas qu'on m'aide, je voulais m'en sortir tout seul. Bah il ne restait plus que les gyrosphères ! Là dedans au moins je pourrais m'éloigner d'eux et surtout les perdre. Après, vu la 3population, aucun risque de les recroiser à nouveau. De là, car oui il y avait une file monstre, nouvelle technique que j'aimais user. En effet, il y avait une forte chaleur aujourd'hui alors je piquais une bouteille d'eau qui dépassais d'un sac puis ensuite la levait très haut en criant « Excusez moi ! Mon petit frère va faire un malaise, faut que je lui apporte de l'eau ! » Et généralement, même si certains râlaient car après tout l'espèce humaine est faite dans ce but unique, on ne me cherchait pas plus de problèmes que cela et on me laissait passer. Car si mon histoire avait été vraie, ils se seraient sentit bien trop coupable d'avoir fait cela à un gosse. Les autres par contre … leur progression était bien plus difficile mais malheureusement pour moi ils n'abandonnaient pas, forçant le passage quitte à s'attirer la rage de tous les gens autours.

J’accélérais donc le mouvement, voulant garder mon avance jusqu'à arriver au … quai d'embarcation ? Bref, là où on monte dans les sphères quoi. Sauf qu'évidemment, les autres commençaient à me regarder bizarrement car ils comprenaient que je venais de tous les gruger pour au final ne retrouver aucun petit frère qui devait sans doute s'amuser à chevaucher des tricératops à l'heure qu'il est. Les autres cons par contre, la foule faisait déjà barrage, agacée de les voir ainsi se croire tout permis. Sauf que voilà, ils me pointèrent du doigt avec une insulte. Plus le temps de réfléchir donc car déjà on me dévisageait. Je regardais la sphère à quai, il n'y avait qu'une personne dedans et personne d'autre ne semblait décidé à aller avec lui. Alors j'en profitais et je fonçais à l'intérieur, fermant la porte et l'employé, ayant rien à foutre de ce qui se passait, envoya la sphère, m'éloignant définitivement de mes problèmes. Le dos tourné pour voir tout ce petit monde disparaître, je soufflais finalement de soulagement avant de reprendre une position plus confortable. C'est à ce moment seulement que je voyais donc mon camarade, un jeune homme aux grands yeux plein d'étoiles, qui me regardait l'air curieux.

« Euuuh … bonjour … moi c'est Zach Mitchell. Désolé pour l'incruste … c'était vraiment vital pour moi … j'espère que tu ne m'en veux pas ? »

Il était pas mal lui aussi … ce petit tour de gyrosphère pouvait s'annoncer plus intéressant que prévu ! Mais aussi cauchemardesque si encore une fois je me retrouvais mal entouré … ce qui j'espérais vraiment ne serait pas le cas car il n'était pas question de sortir de la gyrosphère en cours de route.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Jeu 9 Juil - 13:16

For god sake ... SHUT UP !
Zach & Felix
New meeting, new friend?

Je farfouillais dans mes affaires à l'hôtel, limite exaspéré de ne pas réussir à mettre la main sur mes crayons. J'avais mon carnet, mais où avais-je bien pu foutre ces maudits crayons! Je retournais toutes mes affaires et je ne comprenais pas du tout où j'avais pu les laisser. Ils auraient du être dans le sac que j'emporte toujours avec moi, c'était pas normal. Je me mettais déjà à m'imaginer qu'un abruti m'avait volé mes précieux crayons, pourtant, c'était idiot...il aurait mieux fallu me voler mon porte-feuille. Il n'y avait que deux choses, deux objets auxquels je tenais plus qu'à ma propre vie. Mon carnet, et mes crayons. Dans mon carnet, assez épais je dois dire (et ce n'est pas le seul que j'ai d'ailleurs), il y avait plein de dessins de paysages, de gens, d'animaux, ou de lieux que j'ai pu voir. Quant à mes crayons et bien ils me permettaient d'exprimer mon art, d'exprimer ce que je ressentais. Alors vous comprendrez que les perdre ça me désespérait à un point pas possible. Et ça m'énervait aussi. J'en avais besoin pour ce que j'avais prévu de faire aujourd'hui...ouais bon, j'en avais toujours besoin de toute façon, je ne me déplaçais jamais sans. J'essayais de me souvenir ce dont j'en avais fait la veille...hier soir avant de dormir, j'avais fait quelques croquis du parc...et...ah oui...je m'étais endormi ensuite. J'avais la mauvaise habitude de poser mes affaires au premier endroit venu lorsque je m'endormais, du coup le carnet était sur la table de chevet, mais les crayons, eux étaient sous mon lit. J'avais enfin trouvé la petite trousse où je les rangeais, c'était génial, maintenant j'avais tout. A l'avenir j'essayerais d'éviter de les planquer sous mon lit.

Je pris avec une carte de l'île histoire de repérer ma destination: les gyrosphères. Mon grand-père m'avais laissé ce matin car il avait prévu de faire quelques activités proposées par le parc. Moi je préférais tester quelques attractions de ce parc, je voulais aller voir des dinos...en fait, je voulais pouvoir les observer de près, les dessiner. Avec papy on c'était mis d'accord sur ce qu'on voulait faire ensemble. En arrivant le premier jour on avait rien foutu, tous les deux tellement crevés qu'on a préféré dormir en arrivant. Tu parles de mollassons ah ah ah. Le second par contre on était parti voir le fameux Mosasaure et je crois être totalement resté bouche bée devant ce spectacle impressionnant. Ce poisson était sacrément balaise, je n'avais jamais rien vu de tel. Et pourtant, j'avais déjà vu une baleine. On c'était éclaté ce jour-là avec mon grand-père, et je ne suis pas prêt de l'oublier. Ce spectacle m'avais tellement plus que j'ai passé quelques jours à faire de lui mon premier dessin sur cette île. Et j'étais sacrément fier de moi! Bon, fallait que je le fignole, mais le résultat était vraiment pas mal. Papy l'avait vu d'ailleurs ce dessin, il était resté bluffé, comme d'habitude. Et il n'avait pas manqué de me dire que je devrais en faire mon futur boulot...ouais peut-être...je savais pas. Bref, quelques jours que j'étais là et on ne peut pas dire qu'on ait vu du dino avec mon papy. On avait en fait surtout profité de l'île et de ce qu'elle avait à offrir. Je m'en plains pas, j'en suis très content. Avec mon papy on se comprenait bien et on était tombés d'accord pour pas tout faire d'un coup, histoire de faire durer le plaisir, histoire d'avoir encore des choses spectaculaires à voir d'ici la fin de nos longues vacances. Et puis en plus ça m'arrangeait d'être seul aujourd'hui, j'aimais bien être tranquille quand je dessinais.

Il était temps pour moi de partir, j'avais toute mes affaires...sac, carnet, crayons, téléphone, appareil photo, bouffe! Porte-feuille, sous, à boire, carte,...et voilà! Je n'ai pas eu longtemps à attendre le monorail, tant mieux parce que je sentais que la queue allait être longue au niveau de la Gyrosphère...et j'avais raison. Une fois arrivé, je dus attendre une éternité, de quoi me donner envie de m'arracher les cheveux. Espérons que ça en valait la peine parce que franchement dans le cas contraire j'irais me cogner la tête contre un mur. Après un temps indéfini que je ne préférais pas connaître, je finis par arriver à l'attraction...quel soulagement, j'avais cru que l'attente serait interminable. Le mec me fit rentrer dans la Gyrosphère et visiblement il semblait adorer son boulot, mais alors vraiment. Je rentrer dans cette étrange petite boule qui était un concentré de technologie à l'état pur et je prenais mes aises. Tandis que je posais mes affaires et que je sortais mon carnet que je mis non loin de moi, j'eus une drôle de surprise.

Visiblement j'allais avoir de la compagnie. Sans même que je ne le remarque et encore moins sans que je ne puisse rien y faire, je vis un autre gars de mon âge entrer dans la Gyrosphère et s'imposer sans que je ne puisse comprendre pourquoi. Étrangement ça ne me dérangeait pas trop d'avoir un compagnon de visite, allez savoir pourquoi. Faut dire que ça m’enthousiasmais pas mal de rencontrer un autre mec qui avait en plus mon âge. Je me demandais aussi comment ça se faisait qu'il était monté avec moi. Beaucoup de questions se bousculèrent dans ma tête...que faisait-il là? Et pas besoin d'être Einstein pour savoir qu'il fuyait quelque chose ou quelqu'un, ça se voyait clairement. D'ailleurs que fuyait-il? Et pourquoi donc était-ce vital pour lui de monter C'étais une situation assez particulière, la sphère était partie et voilà que j'allais devoir passer un certain temps avec quelqu'un dont j'ignorais tout...ce garçon était un bel inconnu. Ma foi, j'aimais bien rencontrer des gens alors...

"Heeeeuu...moi c'est Felix, Felix Wright."

Pour le coup j'avais bien bugué tellement je ne m'attendais pas à cela. Mais bon mon instinct naturel reprit le dessus assez rapidement.

"Non, non...mais je suis juste un peu surpris."

Je lui souris et sans lui laisser le temps de la réplique je lui dit:

"Je ne crois pas avoir un jour imaginé me retrouver dans un engin aussi sophistiqué avec quelqu'un que je ne connais pas. A la limite j'aurais pensé monter la dedans avec mon grand-père mais bon, on voulait pas trop faire la même chose aujourd'hui. Et puis, je dois dire que j'avais franchement envie ou besoin, ça dépend de comment on voit les choses, d'être seul pour cette balade. Et visiblement je vais devoir remettre à plus tard ce que j'avais prévu de faire..."

Je regardais mon carnet, et comme si je venais d'être piqué par je ne sais quel insecte, je le pris rapidement en le rapprochant de moi parce que je n'aimais pas trop qu'on touche à mes affaires. Si il était sympa peut-être que je lui montrerais mes dessins...mais pour le moment je n'en avais pas trop envie.

"Cela étant dit, j'ai une bonne mémoire alors ça ne m'empêchera pas de faire ce que je voulais un peu plus tard...juste je ne risque pas de me coucher tôt ce soir...donc en fait si j'y réfléchis bien tu as indirectement perturbé mon sommeil.

D'un air plaisantin je lui dis alors:

Ne t'en fais pas je ne t'en veux pas non plus pour ça.

Et voilà je devenais inarrêtable, plus monopolisateur de conversation que moi, si ça existe et bien je dis respect.

J'espère quand même que tu n'es pas trop pressé parce que j'espérais pouvoir rester un petit moment ici."

Bien évidemment il ne pouvait pas savoir de quoi je parlais, enfin peut-être si, j'en sais rien. Puis je fini par lâcher:

"Puisque tu es là autant faire connaissance...mais avant j'aimerais quand même bien savoir ce que tu fuyais pour débarquer comme ça...si c'est pas trop indiscret. A moins que tu ne sois un espion venu voler les secrets de ce parc...ou peut-être que tu fuyais un raptor qui voulait bouffer tout le monde...et dans ce cas je suis bien content d'être dans cette bouboule...sauf si les raptors ont un moyen de l'ouvrir, dans ce cas ça risque de ne pas être très joli à voir. Quoique, me retrouver face un raptor je n'attends que ça, je trouve que ça a tellement la classe comme prédateur."

 


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Jeu 9 Juil - 21:19

J'étais tout de même doué pour me mettre dans des situations compliquées. Après je me demandais pourquoi l'on disait de moi que j'étais un gamin difficile et turbulent … faut dire je le cherchais ! Mais fort heureusement j'arrivais généralement toujours à retomber sur mes pattes. La preuve, j'étais encore en vie, bien entouré et, disons le, j'étais canon en plus. Sauf que voilà, parfois ça ne suffisait pas et il fallait vraiment que je compte sur la chance pour pouvoir continuer à fanfaronner, comme avec ce groupe d'abrutis fini que j'avais pu esquiver comme une fleure en réussissant à monter dans la première gyrosphère venu et, petit bonus, en y arrivant en quelques minutes seulement et évitant ainsi une queue longue de plusieurs heures pour une attraction qui me plaisait ! Le seul élément avec lequel je devais gérer à présent, c'était ce garçon, assit à mes côtés. Oh en choix il ne me dérangeait pas, surtout mignon comme il était, non, c'était plutôt moi qui le dérangeait car lui il n'avait rien demandé. Et si j'étais d'après beaucoup de monde un connard fini, le pauvre bougre avait rien demandé et c'était pour ça que je m'étais excusé car pour moi il s'agissait de la moindre des choses et j'avais quand même un minimum d'éducation. Car même si on était un con, c'était le genre d'attitudes qui permettait de s'en sortir avec la classe !

Seulement … woaw ! Je m'attendais à tout sauf à ça ! Je veux dire … j'imaginais plutôt en réaction possible de l'agacement, des regards l'air de dire « tu te prends pour qui ? » ou alors une énorme timidité qui aurait fait que ce pauvre garçon aurait été concentré sur ses chaussures tout le long de la balade. Mais non … c'était un véritable moulin à parole ! Je n'avais dit que quelques mots, je m'étais présenté et excusé, et voilà qu'il était partit d'ans une interminable tirade ! Je le regardais avec de grands yeux, alors qu'il se présentait … puis contemplait les gyrosphères … puis me parlait de son grand père dont j'avais strictement rien à faire pour finalement me parler de son programme de la journée, du fait d'être seul mais que finalement tant pis et puis surtout de faire connaissance maintenant que nous étions là tous les deux pour un bon moment semblerait-il. Bordel j'avais quand même un don pour tomber sur les sans amis ici ! Car je pourrais jurer que ce pauvre gosse ne devait pas en avoir ou assez peu, hormis son grand père, ce qui expliquait pourquoi il ressentait un tel besoin de converser avec un sinistre inconnu. Mais au fond … il était pas si loin de Gray et cela me fit une boule au ventre …

« Woaw woaw woaw ! Calme toi, ok Felix Fix ? Car à ce rythme j'aurais jamais le temps de tout répondre. Du coup désolé … ou pas désolé, je sais plus trop si c'est une bonne chose ou pas, d'avoir cassé ton programme. Et … ouai … bravo, tu as vu juste, je fuyais en effet quelqu'un, enfin plusieurs personnes. Car non, je ne suis pas un espion tout ça tout ça. Disons simplement qu'il y a certaines personnes qu'il ne vaut mieux pas draguer … surtout quand elles ne sont PAS du sexe opposée. Donc voilà, si cela ne t'outre pas ce que je viens de t'apprendre, j'ai pas de soucis avec le fait de rester ici un petit moment. Par contre faudra sérieusement penser à baisser le débit de parole ! Et pour les raptors … hahaha, c'est vrai que ce serait cool ! Mais je crois qu'on serait surtout plus dans la merde qu'autre chose ! »

Je souriais légèrement, j'essayais d'être sociable. Car pour le moment, cela allait, il ne m'agaçait pas trop. Mais je priais quand même pour qu'il ne parle pas autant chaque fois et que c'était juste le stress de se retrouver avec quelqu'un d'inconnu, car sinon … bordel, cela s'annonçait franchement long ! Quoi qu'il en soit, pendant que la sphère faisait encore son petit bonhomme de chemin sur l'espèce de pseudo rail avant d'arriver à la partie où nous pourrions conduire librement, je l'observais plus longuement et notamment ce qu'il avait prit, un peu à la hâte, pendant qu'il me faisait tout son blabla. J'arquais un sourcil en voyant ce petit carnet et … même si il ne s'agissait que d'un carnet, la curiosité de savoir ce qui se trouvait dedans se faisait dévorante.

« Dis, c'est quoi ce carnet ? Tu dessines ou c'est ton journal intime ? » à la parole j'ajoutais le geste et tendais le bras au dessus des commandes de la sphère pour essayer de l'attraper, n'attendant pas vraiment son autorisation pour cela. Ouai, niveau manière finalement j'avais tout de même beaucoup à apprendre.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Sam 11 Juil - 0:02

For god sake ... SHUT UP !
Zach & Felix
New meeting, new friend?

Bon, le programme de la journée venait radicalement de changer...non, non...j’exagérais rien...quoi que...bon d'accord un peu. Je voulais bien admettre qu'au final j'allais quand même voir de dinos dans cette sphère roulante, et qu'à la base j'étais surtout venu pour ça. En même temps ça aurait été bête de venir à une attraction de dino après avoir poiroté un certain temps...pour ne pas venir pour les dinos. Mon plan dessin c'était juste un gros plus...bon ça me contrariait légèrement mais j'avais une bonne mémoire, ça allait juste être un peu plus long pour faire mes dessins mais bon. Dans le fond, ce changement inattendu, et, pour le coup, brusque, de programme, était peut-être une bonne chose. Peut-être qu'au final j'allais passer une meilleure après-midi que ce que je pensais. Après tout, ce fameux Zach c'était excusé pour s'être incrusté, il avait l'air sympa, et je ne sais pas trop pourquoi je le sentais plus tôt bien. C'était bien étrange, c'était assez rare pour moi d'être bien dès la première conversation, dès la première rencontre avec un autre individu. Habituellement j'étais plutôt stressé et je n’enclenchais la phase de "monopolisation" qu'une fois que mon interlocuteur c'était un peu dévoilé et que j'avais eu le temps de faire le plein de confiance. C'était peut-être l'occasion de se faire un copain de vacances. A vrai dire, je veux bien avouer que Peter et Jonas me manquaient...et que j'aurais bien aimé qu'ils viennent aussi. Si j'avais prévu un peu plus tôt le fait que ma mère me fasse embarquer dans le premier navire pour ici, je les aurais ramené avec moi. On se serait bien éclaté je pense tous les trois, mais bon, j'étais avec papy, j'avais pas trop à me plaindre...j'étais même loin d'avoir de quoi me plaindre. Tiens, je sais ce que je vais faire, je les appellerai en rentrant à l'hôtel, juste après que papy m'est présenté sa copine. En plus j'aurais des trucs à leur raconter.

Ma partie préférée après mes pavés oratoires comme j'aime bien les appeler - oui parce qu'en plus j'en suis conscient et ça m'amuse - c'est que sois les gens étaient totalement sidérés par ma capacité à déblatérer tout ce qui me passe par la tête, soit ils avaient le même genre de réaction qu'adoptais Zach. J'avoue, j'avoue, tout en ne faisant pas vraiment exprès, ce genre de situation ça me faisait bien rire. Et je me retenais de rire lorsque ce dernier me demanda de me calmer, on voyait bien qu'il n'était pas habitué à moi. Et puis en plus j'avais pu en partie l'embrouiller, c'était pas beau ça? Bref, je sais qu'il faut que j'arrête...mais c'est plus fort que moi. Parler c'était juste essentiel pour moi...ce qui m'avais déjà attiré quelques ennuis en cours d'ailleurs...ou dans des endroits censés être silencieux comme...la bibliothèque...ou les cinémas...ou les pièces de théâtre...ou...bref, la liste est longue.

Du coup il me révéla quand même la raison qui faisait qu'il c'était retrouvé là, coincé avec moi dans la gyrosphère. Il fuyais des gens qui...oh. Je comprenais tout maintenant, oui le monde était encore compliqué, les gens aussi d'ailleurs, enfin tout le monde était compliqué, moi y compris. Je dois dire que je comprenais sa situation...en fait moi-même il m'arrivait d'être attiré par d'autres garçons. Je ne savais pas trop ce que je faisais, tantôt j'allais voir des filles, tantôt des mecs, je ne savais pas trop non plus ce que je voulais. Malgré le bon nombre de réflexions plus ou moins philosophique sur la raison qui m'empêchais de me poser, je n'ai toujours pas trouvé la raison alors bon. Ma foi, il avais eu bien de la chance de tomber sur moi...surtout que révéler qu'il venait de draguer d'autres mec à un inconnu, c'était pas très fut-fut. Je sais pas moi...j'aurais pu être encore plus homophobes que ceux qu'il fuyait. Heureusement pour lui ce n'était pas mon cas. Je lui souris histoire de le rassurer un peu. Non il n'allait pas se faire étriper dans cette bulle qui ne s'ouvrirait visiblement pas avant la fin du parcours. Ainsi donc, je décidais ensuite d'ignorer totalement volontairement la partie où il me demandait de "baisser le débit de parole" parce que de toute manière je ne me croyais pas capable d'arrêter en si bon chemin.

"Je vois, je vois, je vois...par contre je ne vois pas pourquoi j'aurais un soucis avec ça. Je suis loin d'être l'un de ses abrutis agissent étrangement comme des lâches en se regroupant. D'ailleurs, la violence c'est pas terrible comme moyen d'expression, et pour moi je trouve que ça rajoute encore plus à la bassesse de leurs actes. Tout le monde fait ce qu'il veut et ceux qui veulent imposer une manière de faire ou de penser agissent comme des tyrans. On a un libre-arbitre et ça personne ne peut nous l'enlever."

Ma foi, ça semblait plutôt bien parti, et d'ailleurs je ne faisais plus trop gaffe à ce qui m'entourais. La gyrosphère pouvait bien rouler j'étais bien trop occupé à faire connaissance avec Zach. Et puis de toute façon, pour le moment on ne voyait pas de dinosaures, là par contre ce n'était pas dit que mon intérêt se mette à changer. Tandis que j'allais me mettre à poser une foule de questions, du style: "Tu viens d'où? Combien de temps t'es en vacances ici?" et bien c'est Zach qui dégaina plus vite que moi si j'ose dire. Zut il avait capté mon carnet et me demandais ce dont il s'agissait. Bon j'avoue que lorsqu'il demanda si c'était un journal intime, j'ai cru que j'allais bien rire, parce que sincèrement, je ne vois pas pourquoi j'aurais besoin d'écrire un journal intime. D'ailleurs, l'abruti de psy que l'on m'a collé soi-disant pour m'aider à faire mon deuil, avait osé me sortir que je devrais exprimer ce que je ressentais pour la mort de mon père en écrivant un journal...le seul truc que j'avais ressenti à ce moment là c'était l'envie de me casser. Il n'y avait que mes dessins qui me permettait de m'évader, de m'exprimer et je ne voyais pas pourquoi j'aurais besoin d'un journal intime. Surtout que je n'ai pas grand chose à cacher en plus. Si jusque là je n'avais que de bonnes pensées à l'égard de Zach, quand je le vis tenter de l'attraper, disons que je n'avais pas trop apprécié. Faut dire que je tenais à mes carnets de dessins comme si c'était la prunelle de mes yeux...alors je voyais toujours d'un mauvais œil que les gens s'invitent à vouloir regarder sans me demander d'abord.

"Si tu pouvais éviter de vouloir le piquer ça m'arrangerais, à la limite tu pouvais me demander."

Oups, j’espérais ne pas avoir été trop sec parce que déjà j'avais totalement ignoré la question, et en plus il avait fallu que je fasse une remarque débile. Je regrettais déjà d'avoir sorti cette phrase, alors bon, comme pour me rattraper je décidais de répondre quand même à la question tout en veillant à protéger le dit carnet.

"Et oui, oui je dessine."

 


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Sam 11 Juil - 3:36

J'avoue, j'aurais pu la jouer plus fine qu'en lui annonçant dès le départ que j'avais essayé de sauter sur un pauvre inconnu et qui plus est un mâle. Surtout sachant que c'était ce qui m'avait justement attiré des ennuies et que rien ne me prouvait que ce ne serait pas le cas avec lui. Mais franchement, quand je le voyais … allons bon ! Si il était pas au moins bi il était, sûr et certain, gay friendly ! Cela se lisait sur son visage et même si il se montrait violent il ne me faisait pas réellement peur, surtout pas tout seul. Qu'on me dise que j'ai les chevilles qui enflent, mais j'étais convaincu qu'en cas de duel je le mettais au tapis. Enfin, personnellement j'avais tout sauf envie de le tabasser ce pauvre petit, il avait l'air tellement adorable, le genre d'adorable exaspérant certes mais tout de même. Encore une fois c'était comme Gray, bon à petite dose mais on voulait franchement le protéger de tout son cœur. Du coup voilà, j'avais essayé d'être le plus charmant possible, pas cynique comme j'en avais l'habitude avec cette fâcheuse tendance à lâcher sarcasme sur sarcasme, mais vraiment gentil en répondant à ses questions et tout ça. Et jusqu'à maintenant cela fonctionnait à la perfection ! Il était calme, il était souriant et surtout il essayait même de me rassurer dans son petit blabla ultra rapide. Ce qui, soit dit en passant, confirmait mes pensées un peu plus tôt, il était définitivement gay friendly. Pacifique aussi, ce qui m'arrangeait encore une fois car au moins, si cela se passait mal, je pense qu'il serait plus du genre à m'ignorer. Donc atmosphère pesante certes mais pas de risque de se sauter au cou. Cependant j'étais grave … ma première pensée était tout de même de savoir comment ça allait se passer si ça tournait mal …

« Je m'en suis douté. » Lui dis-je avec le plus charmant … ou charmeur des sourire. « Tu as pas vraiment la tête du méchant intolérant. Et puis tu sais, la violence c'est tellement facile ! Donc normal que les demeurés s'en servent ! C'est les mots qu'ils ne sauront jamais manier, pourtant c'est ce qui a le plus de poids. » Par là j'entendais surtout qu'avec les bons mot on pouvait largement faire plus de mal à une personne mais aussi la pousser à faire ce que l'on voulait. Mais sortit de son contexte cela donnait presque une vision très philosophique et belle des choses, de quoi me créer, pour l'instant, une belle image, ce qui m'arrangeait bien.

Cependant la suite dégénéra quelques peu … Il faut dire l'erreur venait de ma part, ayant eut un geste assez déplacé. En effet, je m'étais franchement intéressé à son carnet, mais je n'avais pas vraiment pensé à demandé quoi que ce soit avant d'essayer de m'en emparer et là … il semblerait que j'avais dépassé une certaine limite qui avait porté atteinte à l'espace vital de cette petite tête brune. Fini les questions en pagaille et le blabla, d'un seul coup il venait de revêtir un tout autre masque en répondant d'une manière bien plus violente et froide, du moins comparé à son ton précédent, et qui me laissait comprendre que je n'aurais pas dû et que je venais de toucher à un point sensible. Automatiquement je me reculais un peu, levant les mains pour lui prouver que je n'avais aucunement envie de le contrarier.

« Écoute, excuse moi … encore une fois … comme tu as dû le voir, moi et les gens c'est pas trop mon fort. J'ai une manière de fonctionner un peu étrange et personnelle, généralement ça passe ou ça casse. Je ne voulais pas du tout te contrarier et promis je demanderais la prochaine fois. »

J'affichais alors un grand et doux sourire, tentant de le rassurer un peu et de regagner sa confiance. Car après tout ce n'était que ça, une erreur. Si vraiment j'avais voulu le voler ou l'énerver, là j'aurais été bien plus rustre et je lui aurais en effet arraché ses affaires sans me soucier de lui du tout.

« J'étais juste un peu curieux, mais ça a été mal placé. Tu m'en veux ? Et j'imagine que du coup je peux plus trop espérer voir ce que tu dessines ? »

Instinctivement, j'avais pris les commandes de la gyrosphère, m'éloignant du point de départ maintenant que notre avancée n'était plus automatique.
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Sam 11 Juil - 21:50

For god sake ... SHUT UP !
Zach & Felix
New meeting, new friend?

Je ne pouvais pas m'empêcher de me dire que malgré tout, Zach n'avait pas été très malin de se mettre dans une telle situation. Draguer des gens qu'on ne connaissait pas...sachant qu'il y avait pas mal de gens bizarres, psychopathes ou totalement tarés,...c'était prendre des risques. A moins de savoir un minimum comment pourrait réagir la personne, il valait mieux faire gaffe et ne pas être trop direct. Enfin, en tout cas c'était pas trop mon genre de draguer des gens comme ça dans la rue. A vrai dire la plupart des jeunes filles ou des jeunes hommes par qui j'avais pu être attiré, je les connaissais...ou bien alors cela se passait lors de soirées. D'ailleurs, le fait qu'il me dise cela me fit penser qu'il devait avoir un certain côté séducteur, car au final il semblait plutôt intelligent...et vouloir jouer au séducteur, ça pouvait parfois prendre le pas sur cette intelligence. Du moins, sur la capacité à réfléchir et à ne pas se précipiter. Enfin bon, je ne vais pas le juger, tout ce qui m'importait c'était qu'il avait l'air sympa, qu'il me semblait cool, et je dois bien avouer qu'il avait une tête de charmeur. Il avait un très beau sourire aussi. Ce qu'il me dit me mit un peu mal à l'aise, à vrai dire c'était très gentil de m'avoir dit ça, c'était un compliment plutôt sympa. Mais bon, moi et les compliments hein, ça fait pas deux, vu que je me sens pas tout à fait très bien dans ma peau si on peut dire. Ma peur quotidienne de tout foirer, mon stress infernal, et mon manque de confiance en moi-même, avaient disons tendance à faire que je me sous-estime ou que je me sente comme pas vraiment méritant des compliments que l'on pouvait me faire. Je sais c'est pas terrible, j'ai parfois l'impression de ne pas servir à grand chose sur cette terre. Mais bon, ma curiosité, ma tendance à être trop bavard, et mes dessins, réussissaient à compenser, ce qui faisait qu'au final je ne passais pas tout mon temps à flipper ou à me remettre en question. Ce qu'il disait ensuite c'était bien vrai, la frontière entre le contrôle de soi et la violence était mince, elle tenait à un simple fil, et certains étaient moins capable que d'autres de résister à la tentation de passer de l'autre côté, se laissant entraîner par leur esprit animal.

"C'est pas faux, mais fort heureusement nous ne sommes pas tous comme ça, même si l'on peut avoir la fâcheuse tendance à perdre le contrôle de notre humanité. La violence c'est le monde animal. D'ailleurs je pense que la parole ce n'est pas seulement un moyen de s'exprimer pour dire "passes moi le poulet" ou "donnes moi ça", c'est aussi pour contourner la violence. Elle permet d'exprimer ses émotions sans utiliser la violence. En comparaison on pourrait dire que la guerre est l'héritage de notre animosité, et la diplomatie celle de notre humanité. Taper ou parler, c'est l'éternelle question sur laquelle notre esprit se déchire. Pour certains il y aura de la réflexion, pour d'autres, de l'instinct. Mais rien n'est blanc ou noir, je pense que nous sommes tous capable de retomber dans l'animosité, la seule chose que l'on doit prendre on compte c'est si l'on essaye ou pas de lutter contre elle.

Je dois dire que j'étais assez intrigué par Zach, ça n'est pas vraiment nouveau pour moi d'être intrigué par quelqu'un, ma curiosité traditionnelle faisait que dès que je rencontrais quelqu'un je voulais savoir tout de sa personne. J'aimais apprendre à connaître les gens, je trouvais ça intéressant, c'était passionnant. Nous étions tous différents, et j'appréciais cette différence. Nous aimions des choses différentes, faisions des choses différentes, et pensions de manière différente. Je voulais toujours savoir plus, bien sûr si j'avais tendance à envoyer la sauce en terme de questions au début, je ne posais pas des questions indiscrètes, j'étais très loin d'être intrusif...j'étais juste curieux. Ce trait de personnalité m'attirait plein de problèmes malgré moi, mais au moins, les gens avaient vraiment l'impression que je m'intéressait à eux, et c'était le cas. Je ne m'en foutais pas, je gardais chaque information dans ma mémoire, certes elle n'était pas parfaite, mais grâce à elle je retenais déjà plus de choses que la plupart des gens.

Après le léger incident - qui dans le fond n'était pas bien grave - mais qui m'avait malgré tout affecté, je vis Zach reculer un peu et lever les mains, puis il s'excusa. Je n'avais pas très bien pris cette tentative de me prendre mon carnet, dedans j'y avais mes dessins, j'y avais mes pensées, j'y avais mes émotions, j'y avais mon âme. Je n'avais pas qu'un seul carnet de dessins, j'en avais accumulé un certain nombre depuis le temps où j'ai vraiment commencé à me passionner pour le dessin. Cela doit bien faire 6-7 ans. Dans ma chambre, j'avais une étagère exprès pour mes carnets de dessins, il n'y avais que ça dessus, classés dans l'ordre, de mon tout premier, bien évidemment plein, au plus récent. Ces carnets c'était ma vie, ils représentaient l'une des choses dont j'étais le plus fier. Ils étaient aussi ce qui m'aidaient à me sentir bien, à me sentir mieux, ils m'aidaient à m'exprimer d'une autre manière, d'une manière qui me permettait d'être bien dans ma peau, de me sentir vivant, d'être calme et serin. Je ne pouvais pas les montrer à n'importe qui, et je pouvais encore moins me résoudre à m'en séparer. Ils étaient importants pour moi, si on m'enlevait le dessin...je pense que ça tuerait mon âme.

Si sur le coup ça m'avait bien refroidi, je ne pouvais pas vraiment en vouloir à Zach bien longtemps, ce dernier avait de bons arguments. Et puis, il semblait vraiment être désolé de son comportement, et je n'avais pas pour habitude d'être trop rancunier. Quoi que, là on parlait quand même de mes dessins. Je le regardais s'excuser et il me fit un grand sourire comme pour me montrer sa bonne foi, comme pour me rassurer et m'assurer qu'il ne mentait pas. Je ne savais pas trop quoi penser à ce moment là car concernant mes dessins la seule chose qui me faisait peur c'était qu'on me les arrache, qu'on tente de passer par dessus moi...c'était un peu comme si on cherchait à rentrer dans ma tête pour en tirer tous mes secrets. Du coup j'avais tendance à être plutôt possessif et à prendre une attitude très défensive. Cela m'avait agacé, et je l'avoue que malgré ses excuses j'avais un peu de mal à revenir à la normale...mais si dans le fond, je ne lui en voulait plus vraiment. Il était pour moi très facile de faire un pas en direction d'une personne, par contre, lorsque l'on me froissais, je pouvais reculer très vite et avoir plus de mal à revenir ensuite.

Zach me demanda si je lui en voulais. Non, j'avais eu un sentiment très éphémère de colère et d'agacement mais comme il c'était excusé, c'était très vite passé. Non, le soucis c'était plutôt que là j'avais un peu plus de mal à penser à la possibilité de me dévoiler d'avantage. J'étais bloqué. Il y eu un silence de ma part, je réfléchissais. je réfléchissais à ce que j'allais lui dire, à ce que j'allais faire. A vrai dire je ne savais plus trop. Finalement après un petit moment je finis par lâcher quelque chose.

"Non...non je ne t'en veux plus...mais..."

Je ne savais plus trop que dire maintenant, je n'avais pas très envie de parler de ce que ça représentait pour moi. En fait, ces derniers temps, le dessin représentait bien plus pour moi que tout ce qu'il a pu représenter auparavant. Et pourtant c'était tout pour moi. C'était...c'était autre chose qui avait renforcé cette nécessité pour moi de dessiner...c'était plus compliqué que...

Avec ces pensées, je n'ai pas pu m'empêcher de repenser à mon père, ça me rendait triste, je pensais que j'avais réussi à oublier ce qu'il c'était passé. Mais non, je me contentais de tout refouler en moi, de ne plus y penser tout simplement. Mais sa mort m'affectait encore, et si désormais le dessin représentait encore plus de choses pour moi, c'était parce qu'il me rapprochait aussi de mon père. C'était lui qui m'avait apprit à dessiner, c'était lui qui m'avait encouragé à continuer, lui qui avait vu que j'avais disait-il "un don donné par dieu". Il disait que mes dessins donnaient de l'espoir, de la joie, de l'inspiration, et qu'ils ne laissaient pas les gens indifférents. Je ne sais pas si il exagérait un peu ou pas, mais je sais qu'il aimait ce que je faisais. Mon père était en quelque sorte toujours présent dans ce que je dessinais.

Je ne voulais pas que Zach me voit triste et encore moins que ma souffrance de ces derniers mois revienne après tous les efforts que j'avais fait pour qu'elle soit refoulée en moi...alors je décidais d'ignorer ma tristesse, de la chasser.

Pour que j'essaye d'oublier ça, il fallait que je passe à autre chose. Pardonner totalement l'attitude de Zach était une bonne solution.

"Bon...je veux bien...je veux bien...te montrer."


© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Lun 13 Juil - 19:32

Tout de même, je n'aurais jamais imaginé passer ma journée ainsi. Si mes péripéties d'un peu plus tôt ou l'objectif que je visais était devenu chose commune, jamais ô grand jamais je n'aurais pu me dire à n'importe quel moment que je finirais dans une gyrosphère avec un inconnu complet, à avoir une conversation tout ce qu'il y a de plus normale et, c'est là que c'était le plus surprenant, tout à fait agréable même si son débit de parole défiait largement celui de Gray. Je me demandais si ce n'était pas ça d'ailleurs, sa ressemblance avec Gray, qui me rendait plus patient que la normale. Habituellement, surtout avec ces dames, il suffisait qu'elles alignent plus de trois mots pour que je souffle de désespoir. En fait avec tout le monde en soit, je n'appréciais que peu les gens, je n'aimais pas que l'on me parle, mais j'aimais parler et échanger quand je le décidais. Égocentrique, certes, mais je l'étais, pourquoi lutter ? Sauf que là, sa curiosité, sa jovialité, tout ça … c'était des choses qui faisaient que mon frère m'agaçait au plus haut point mais je l'aimais malgré tout et je me sentais coupable du coup, avec Felix … disons que j'étais plus cool, puis il me faisait sourire. C'était rare de voir quelqu'un avec une telle candeur et pas un caractère de merde comme le mien, je détestais être avec des gens comme moi … c'était la prise de bec assurée.

« Ouai enfin, faut pas se leurrer, l'espèce humaine est toujours qu'une bande d'animaux ! Ils ont juste évolué de manière assez vicieuse pour exploiter tout le reste de façon malsaine. Certes ils parlent pour exprimer plus de choses mais ils ne se servent pas toujours, voir même assez rarement, des mots de cette manière. Mais là dessus je suis d'accord, sur la réflexion et l'instinct, cependant je trouve que ça nous rend pas forcément plus civilisé. Car celui qui réfléchit est généralement juste celui qui a évolué le plus vite, mais ça ne veut pas dire qu'il sera plus diplomate, il peut être carrément plus violent via cette réflexion sans même avoir à se salir les mains. Enfin à ce rythme là on va se mettre à philosopher et je vais très vite décrocher, je suis pas aussi futé que ça et je sais même plus comment on en est arrivé à parler de ça ! »

C'était faux … pas le fait que je ne sache pas, mais le fait que je ne sois pas très intelligent. Oh là il s'agissait juste de pensées aléatoire que je venais de lâcher, pas forcément cohérente, mais en réalité j'étais plutôt une tête, mais je n'aimais pas ça, qu'on sache que j'étais plus cultivé que j'en avais l'air. Car si cela se savait, alors tout le monde saurait que je suis un véritable connard car je suis parfaitement conscient de chacun de mes actes et que franchement je n'en ai pas grand chose à faire … Mais je ne veux pas non plus me retrouver seul. C'était sans doute pour ça aussi que je faisais tout pour garder ma copine, même si clairement je ne l'aimais pas, pas autant qu'elle le voudrait en tout cas.

Mais pour retourner à nos mouton, la suite c'était légèrement envenimée donc. Ce carnet de dessin, je ne sais pas trop ce qu'il représentait pour lui, mais il était très important ! Car son attitude avait changée du tout au tout quand j'avais essayé de m'en emparer. Quelle idée con j'avais eut aussi de vouloir le prendre de cette manière … mais bon, intelligent, certes, mais pas forcément très réfléchis dans mes actions. Cela dit je m'étais excusé immédiatement, je voulais le remettre dans ce climat de confiance qui nous aiderait à passer un moment encore agréable. Mais c'était difficile, car même avec cela il restait méfiant, le silence commençait à devenir assez pesant et je me demandais vraiment si il ne valait pas mieux que je reste assit dans mon siège sans rien dire, profitant au moins de la vue à l'extérieur, en attendant que tout se calme. Fort heureusement cela n'allait pas être nécessaire, car même si je sentais que cela lui coûtait, il avait l'air de vouloir faire des effort pour ne pas avoir lui aussi à vivre ce moment de malaise après une si petite erreur. Du coup, même si il restait très incertain dans sa voix, je commençais à sourire en grand, notamment quand il accepta de me montrer ce qu'il avait dessiné.

« Sérieux ? Super ! Promis je toucherais pas, je regarderais juste et que ce que tu veux bien me montrer. »

Je relâchais de nouveau les commandes de la sphères, nous laissant nous arrêter, avant de me pencher par dessus, posant mon épaule contre celle de Felix, ma tête très proche de la sienne, afin de pouvoir voir ce qu'il allait me montrer sur les pages du carnet.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Ven 17 Juil - 0:15

For god sake ... SHUT UP !
Zach & Felix
New meeting, new friend?

Les choses n'étaient jamais simples, lorsqu'on rencontrait quelqu'un, il y avait toujours une part de mystère. Cette part de mystère pouvait se décliner sous plusieurs forme, secrets, mensonges, silence, ou même une tendance à ne pas montrer qui l'on était réellement. C'était normal, pourquoi dévoiler des choses personnelles à des inconnus? Pourquoi leur montrer des choses qu'ils pouvaient retourner contre nous? Chacun à sa manière essayait d'éviter d'être naïf, chacun avait sa petite carapace, sa grande forteresse. La mienne? Je ne savais pas trop, peut-être que j'avais plutôt tendance à être secret. Si je parlais autant c'était peut-être pour conserver ces secrets, il y avait tant de choses que je ne voulais pas admettre. Et en ce moment ce que je ne voulais pas admettre c'était que la mort de mon père me faisait encore souffrir. Je ne voulais pas admettre que pendant les semaines qui avaient suivi sa mort, j'étais rempli de haine envers la personne qui l'avait tué, une haine si intense que mes pensées étaient remplies d'envies de meurtre. Je voulais que cette personne paye, qu'elle souffre. La discussion que l'on avait avec Zach me faisait vraiment réaliser que la frontière avec l'animosité pouvait être fine. Je n'étais pas du genre bagarreur, et je fuyais même la violence. Mais pour le coup, à ce moment là, si j'avais pu faire du mal à l'assassin de mon père...je l'aurais fait. J'essayais de nouveau d'ignorer cette pensée afin de me concentrer sur Zach. Je voulais tout savoir de lui, et ce qui était bien avec le genre de discussion que l'on avait, c'était que l'on pouvait voir une petite partie de la personne que l'on avait en face de soi.

Au final Zach n'avait pas tort dans ce qu'il disait, mais j'aimais bien croire qu'il y avait encore du bon dans l'humanité. Certains sentiments étaient bons, l'amour par exemple. L'amour dans la famille, dans les amis, et dans l'élu de notre cœur. C'était un bon sentiment, un sentiment qui permettait aux gens d'être en harmonie avec eux-mêmes. Bien sûr, il pouvait être perverti, mais en soi, ce sentiment représentait une face lumineuse de l'humanité. Quand Zach me dit qu'il voulait arrêter de philosopher et qu'il se mit à prétendre ne pas être "aussi futé que ça" je me mis à comprendre qu'il cherchait à cacher son intelligence. Pourquoi? Je l'ignorais, mais si il y avait bien une chose que je savais, c'est que certaines personnes essayaient de dissimuler leur intelligence en faisant croire que les réflexions disons un peu plus soutenues ne les intéressaient pas. Je savais que la plupart des gens que ça n'intéressait pas, se contentaient de ne pas poursuivre la discussion, ou essayaient de changer de sujet. Ou bien autre possibilité, elles passaient leur temps à approuver ce qu'on leur disait. Zach lui l'avait entamé avant d'y couper court. Je savais plutôt bien comprendre les gens, à vrai dire je comprenais bien mieux les autres que je ne me comprenais moi-même. Étrangement je ne voulais pas insister sur le sujet, je ne voulais pas chercher à froisser Zach en continuant, pourtant d'habitude je n'y aurais peut-être pas trop pensé, parce que bien souvent...mes pensées n'avaient pas le contrôle sur ma bouche. Il avait sans doute ses raisons, peut-être qu'un jour je les connaîtrais...qui sait.

En tout cas, j'allais m'ouvrir bien plus que ce que je ne pensais. Montrer mes dessins à une personne que je venais juste de rencontrer...c'était franchement inhabituel de ma part, et ça commençait à en faire des choses inhabituelles depuis que Zach était rentré dans cette gyrosphère avec moi. Ça aurait pu en rester là, j'aurais pu décider d'ignorer Zach pendant le reste de la balade et bouder dans mon coin jusqu'à ce que je ne le revoie plus. Pourtant j'avais choisi l'autre possibilité. Au fond, j'espérais bien le revoir par la suite, et c'était peut-être plus cette idée qui m'avait fait accepté de lui montrer mes dessins, que le fait que je veuille essayer d'oublier ma tristesse. Peut-être il y avait-il un peu des deux, mais je voulais bien avouer que je voulais le revoir en suite, garder le contact, et qui sait, on pourrait devenir proches.

Je ne faisais alors plus trop attention à ce qui était autour de moi et je pris mon carnet. Je ne l'ouvris pas tout de suite. En fait, ce carnet là n'était pas que l'expression de mes meilleurs sentiments. Je me demandais à cet instant précis pourquoi je ne l'avais pas changé. Les premières pages représentaient mon état d'esprit "normal", elles représentaient ma joie. J'avais entamé ce nouveau carnet quelques jours avant que mon père ne revienne, à ce moment là je voulais lui offrir quelque chose de spécial pour son retour, quelque chose qui vienne de mon cœur. Sachant à quel point sa famille lui tenait à coeur, j'avais dessiné ma mère, mes sœurs, lui, et moi, réunis au milieu de notre jardin. Bien sûr c'était quelque chose d'imaginaire, quelque chose que j'avais crée. Ce n'était pas un instant réel bien que nous nous étions déjà retrouvés de nombreuses fois tous ensemble dans notre jardin, nous avions même des photos de nous à cet endroit. Il s'agissait pour moi de lui montrer à quel point il nous manquait tous et à quel point nous l'aimions. C'était simple, mais ma famille était l'une des choses qui m'importait le plus. J'avais ensuite quelques dessins de lieux ou de choses que j'avais aimé. Je n'allais pas lui montrer cette première partie...non, parce que sinon j'allais devoir lui montrer la seconde. La seconde partie de mon carnet était disons...très sombre. Elle précédait la mort de mon père, et à ce moment là mes dessins représentaient ma colère et ma tristesse...il était totalement hors de question de lui montrer cela. Alors, je décidais d'avancer de plusieurs pages...il ne les verrait pas.

Le premier dessin que je décidais de lui montrer représentait plutôt un crocodile que j'avais vu dans un marécage lorsque j'ai commencé à aller mieux. J'avais déjà vu des crocodiles auparavant, il n'y avait que ça aux environs de Miami, mais celui-là, je ne savais pas pourquoi, m'avais inspiré. Il était plutôt impressionnant et avait un regard assez intense...comme si, comme si il voulait me dire quelque chose. Je l'ai reproduis comme tel, museau hors de l'eau, avec ses yeux m'observant, immobile mais tellement vivant. Ce jour là était assez spécial...je pense qu'en voyant ce crocodile, en étant impressionné par sa taille, et son calme imperturbable, je me suis dis qu'au fond, je devais être comme lui. Je devais simplement mieux me contrôler, et profiter de l'avenir. Mon père était mort, mais moi j'étais toujours vivant. Je sais que c'est totalement idiot, que c'est une expérience que personne ne pourrait comprendre...et ce n'est peut-être pas tant le crocodile qui m'a permit de me rendre compte de ça, peut-être qu'il n'était qu'une excuse pour moi...mais au final j'ai pris conscience de ma bêtise et de mon erreur lorsque je ne pensais qu'à me morfondre sur moi-même et à haïr le monde entier.

Une fois que Zach vit le crocodile, il put voir la page suivante. Cette fois-ci, j'avais dessiné le dit marécage, c'était le premier paysage naturel que j'avais dessiné depuis la mort de mon père...c'était aussi la première fois que je retrouvais goût dans la beauté de la nature depuis son assassinat. Encore une fois, je tournais la page...et cette fois-ci il y avait un dessin de Peter et Jonas en ma compagnie sur l'une des plages de Miami Beach. Je les avait un peu ignoré sur le côté pendant les semaines qui avaient suivi la mort de mon père, pourtant eux ne m'avaient jamais abandonné. Quand je m'en suis rendu compte je m'en suis voulu et j'étais allé les voir pour m'excuser...ensuite nous avions passé une journée que je n'oublierais jamais. Ce dessin, était là pour me rappeler cette journée.

Spoiler:
 





© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Ven 24 Juil - 19:47

Si un jour l'on m'avait dit que je connaîtrais le silence dans cette sphère avec ce garçon, je ne l'aurais jamais cru. Ce serait comme imaginer Gray ne pas s'émerveiller devant chaque dinosaure devant lequel il passe, impossible ! Alors voir ça se dérouler, ou plutôt ne rien entendre, cela me fit rire intérieurement. Je venais de trouver là seule chose qui réduisait son débit, mais étonnamment j'en étais presque triste, je commençais à m'habituer au son de sa voix, vous savez, comme un agréable brouhaha permanent ! Bien entendu je blaguais mais oui, ça me faisait étrange de le voir si concentré, comme quoi ce carnet à dessin représentait vraiment énormément pour lui, soit car il avait une signification particulière, soit car ses dessins étaient quelque chose de très intime pour sa personne, soit … bref, pour plein de raisons ! Et donc je notais dans un coin de ma tête que, même si être un connard était parfois très tentant, je devais faire en sorte de ne pas trop dénigrer ses dessins si jamais ils ne s'avéraient pas vraiment du meilleur niveau, avoir des mots gentils quoi, ce qui m'arrivait de temps en temps, pour ne pas le vexer ni rien. Surtout que bon, quand on le voyait et l'entendait parler on se doutait très rapidement qu'il s'agissait de quelqu'un de plutôt émotif.

Cela dit la question ne se posa même pas, car ce qu'il me montrait était vraiment de toute beauté ! Il aurait été tout à fait déplacer de ma part d'oser critiquer alors que mes talents ne dépassaient pas vraiment le monsieur patate et le bonhomme bâton. Que ce soit les animaux, que ce soit les paysages ou même les humains, il ne manquait vraiment pas de talent, il fallait bien le lui reconnaître et je le faisais sans mal. Je penchais un peu plus la tête, sans doute l'air presque plus émerveillé que Gray devant un tricératops si ce n'est avec mon visage un peu plus détaché que le sien. Je remarquais aussi qu'il avait sauté quelques pages … pas mal de pages en réalité ! Mais je n'en faisais pas vraiment mention. Car déjà je savais, même en le connaissant peu vu sa réaction un peu plus tôt, que déjà cela représentait sans doute beaucoup de m'en montrer le contenu, donc le voir garder un peu de son jardin secret me semblait tout à fait normal. Après bien sûr, j'étais curieux ! Tout ce que je ne pouvais pas voir je voulais le voir ! Mais cette fois je me disais que j'allais m'abstenir, la première expérience m'avait servit de leçon.

« Woaw, tu sais c'est … vraiment magnifique ! T'as un sacré coup de crayon, bien supérieur au mien en plus. Mais tu fais du recopiage ou alors c'est du dessin à la mémoire ? Enfin je demande ça mais dans tous les cas c'est impressionnant. Et c'est qui là ? Tes frères ou tes amis ? »

Là dessus je faisais référence à ce dessin de lui, car il me semblait bien le reconnaître, mais aussi de ces deux autres personnes. Sérieusement il avait un talent fou, le rendu était bon, les perspective aussi et surtout les expressions de visage. C'était toujours là dessus que je coinçais quand je tentais de me lancer dans le dessin, les expressions. Ma copine m'avait dit une fois qu'on aurait dit les dessins dans les livres d'anatomie, en soit le rendu semblait bon, mais c'était tellement froid, sans émotions, plastique au final, ce qui me déprimais totalement et m'avait fait lâcher une bonne fois pour toute le dessin car je n'arrivais à rien et je n'avais pas la patience d'essayer de faire plus. Puis d'un coup je m'étais posé la question de ce que ça donnerait si il me dessinait, à quoi je ressemblerais sous la forme de coup de crayon. Puis finalement je riais légèrement, comme un idiot. Car oui, je n'allais pas demander, il n'y avait pas pire comme cliché de film à l'eau de rose et je n'étais pas encore tombé si bas.

« Non, sérieux, je suis toujours impressionné ! Franchement chapeau. En plus il a l'air bien épais ton carnet, tu as dû en faire pas mal. Tu fais ça depuis quand ? Hey, t'as pas remarqué aussi ? C'est  toi qui m'a rendu bavard pour le coup ! » Je riais à nouveau, puis m'approchais de lui pour déposer un petit baiser sur sa joue « En tout cas merci d'avoir accepté de partager un peu de ton monde à un sinistre inconnu comme moi. »

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Ven 31 Juil - 16:41

For god sake ... SHUT UP !
Zach & Felix
New meeting, new friend?

Le dessin c'était un peu ma vie, difficile pour moi de faire sans, je me trimbalais toujours avec un carnet et de quoi dessiner. Vous n'imagineriez même pas à quel point je serais abattu si je ne pouvais plus dessiner. Ma vie sans dessin, ça serait un peu comme si on m'enlever mon âme... je pense en tout cas. Si ça se trouve je devrais faire en sorte que ce soit plus qu'un passe-temps... Non, j'aime beaucoup ça mais je ne vois pas faire que ça de ma vie. Et puis si je devais être peintre ou un truc du genre, je ne voudrais pas exposer ce que je ressentais à la terre entière. Donc, non merci. Mon avenir ne se limiterait pas à ma passion pour le dessin. Un jour je trouverais ce que je ferais une fois qu'on m'obligera à travailler...oui parce que franchement je n'ai pas hâte. Non pas que je sois paresseux de commencer à gagner moi même mon argent, mais surtout que je ne sais toujours pas trop dans quoi je voudrais bosser. Enfin, ça viendra, je l’espérais. Sinon je risque de faire un truc que je déteste et ça c'est totalement hors de question.  

En tout cas je ne savais pas trop pourquoi j'avais accepté de lui montrer une partie de mon carnet, allez savoir... non vraiment, je ne comprenais pas. Mais bon voilà, ce qui était fait était fait, maintenant j’espérai juste qu'il ne trouve pas ça "moche" et qu'il se contente de me dire des gentillesses pour ne pas me vexer. Je sentais quand on me mentais là-dessus...enfin...je crois, parce qu'en fait je n'ai jamais vraiment senti que quelqu'un me mentais. Ouais, non... bref. Enfin, de toute manière je m'en fichais, pour moi c'était comme si je photographiais un instant, un paysage, une chose, ou n'importe quoi, et ça me suffisait. Du moment que je pouvais continuer, je me moquais bien de ce que les gens pensaient. Quoi que, un compliment de tant à autre me faisait bien plaisir. Je ne disais pas non aux compliments, et puis des critiques ça pouvait servir aussi. Il fut un temps, quand j'étais plus jeune on m'en faisait, enfin surtout mon père, lui voulait que je m'améliore après avoir remarqué mon don. Et puis, un jour plus rien. J'étais loin d'être parfait et mes dessins étaient loin d'être parfaits aussi... enfin c'est ce que je pensais. Les gens ne semblaient pas d'accord avec moi. Peut-être que si je rencontrais un artiste un jour, je pourrais avoir un jugement approprié. Je ne sais pas. C'est vrai que ça serait bien pour moi. Le point de vue d'un artiste pourrait encore me faire progresser.

En tout cas je fus bien content de voir que Zach appréciait mes dessins, il avait l'air sincère dans ce qu'il disait, il avait vraiment l'air impressionné. Ça ne pouvait que me réjouir. Et puis en fait, je me rendais compte que ça me faisait du bien de les montrer à quelqu'un d'autre qu'à mon grand-père ou qu'aux gens qui me sont proches. Oui, ça me faisait du bien, comme si pour la première fois depuis longtemps j'arrivais à m'ouvrir un peu plus aux autres. Face aux compliments de Zach je glissais un "Merci." gêné avant de répondre aux questions de Zach de manière assez enthousiaste.

"Ben ça dépend. Tantôt je me pose dans un endroit, je trouve un paysage ou bien un modèle à dessiner et je dessine. Et puis d'autres fois je me rappelle d'un souvenir, de quelque chose que j'ai vu et puis j'essaye de le redessiner. Je préfère ça plutôt que de prendre des photos...même si je prend quand même pas mal de photos parce qu'il me faudrait plus d'une vie pour tout dessiner. C'est assez frustrant d'ailleurs, parce qu'il y a plein de choses que j'aimerais dessiner mais je sais que je n'ai pas toujours le temps. Tout ça c'est du travail."

Zach me demanda également qui étaient les personnes sur le dernier dessin que je lui avais montré, enfin avant que je ne m'arrête pour répondre à ses questions avant - parce qu'il y en avait encore d'autres après - je souris parce que c'était l'un des plus importants pour moi...car il y avait mes meilleurs amis dessus.

"Oh ça, ce sont mes deux meilleurs potes, Peter et Jonas, et puis moi aussi. On était à Miami Beach, ce fut une sacrée journée. Du coup j'ai essayé de dessiner un souvenir. Mais c'est toujours compliqué quand on souhaite s'y inclure...parce que nous on sait qu'on y était mais on ne se voit pas soi-même. Sauf dans un miroir ou dans quelque chose que nous reflète. Ça c'est un gros travail, parce qu'il faut que ce soit crédible. C'est un peu imaginer que l'on sort de son corps pour se voir à ce moment-là."

Zach continuait de me complimenter, et pour le coup j'étais un peu moins gêné mais toujours quand même, parce que bon, on ne peut pas dire que je sois du genre à devenir hyper excité quand on me complimentais. Il me posa pas mal de questions, et il avait bien raison! Pour le coup il était devenu bien bavard, lui qui me demandait un peu plus tôt de me calmer un peu, ça me faisait bien rire.

"Ben... je serais tenté par te répondre depuis que je suis petit comme tout le monde, mais plus sérieusement, je dessine disons correctement depuis quelques années seulement...c'est surtout grâce à..." non il fallait que j'évite le sujet de mon père, mais je savais qu'il allait maintenant trouver bizarre que je ne termine pas ma phrase, du coup j'essayais de trouver un moyen de la terminer "...des personnes qui me sont chères et qui ont voulu que j'exploite cette capacité que j'ai à reproduire facilement les choses par le dessin. Et puis maintenant j'en ai pas mal, j'ai toute une étagère remplie de mes carnets de dessins. Et puis oui je vois ça, tu m'avais caché que tu savais parler autant."

Je lui fit un sourire après parce que ça me faisait quand même bien rire puis je fus...surpris...étonné? Heu, je ne savais pas trop comment je pourrais qualifier ça... en tout cas ça m'avait pas mal fait buguer quand Zach me fit un petit baiser sur ma joue. Pour le coup je ne savais pas trop quoi dire...et encore moins comment réagir. J'étais tout chamboulé...et je voulais ouvrir ma bouche pour dire...je ne sais pas quelque chose...je ne sais pas quoi, mais un truc...et puis rien. C'était limite si ma bouche ne voulait pas faire sortir un seul son. J'étais bien gêné et je n'arrivais plus vraiment à penser correctement...j'étais un peu perturbé par ce que venait de faire Zach...

Spoiler:
 





© Gasmask
Revenir en haut Aller en bas

Invité

avatar

Invité

MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix] Sam 29 Aoû - 0:04

Je le trouvais touchant avec ses dessins, avec sa façon d'en parler et surtout cette timidité qui émanait de sa personne alors qu'il me montrait un tout petit échantillon de ses œuvres. On voyait qu'il n'avait pas l'habitude de faire une telle chose, impression d'autant plus confirmé qu'il avait bien failli me mordre ce petit lézard quand j'avais failli lui prendre son carnet ! Du coup je ne pouvais me sentir que d'autant plus privilégié qu'il accepte de s'ouvrir à moi malgré ce petit pas de travers et j'étais … bah j'étais vraiment admiratif ! Je ne feintais pas mes compliments, je ne jouais pas la comédie quand je trouvais que ce qu'il dessinait était vraiment très beau, enfin pour moi qui n'était qu'un manant au pays des artistes. Donc forcément je le bombardait, bombardait de gentils mots, de compliments mais aussi de questions car ça me rendait curieux. Bordel, j'étais en train de devenir Gray ! À parler sans jamais m'arrêter ni laisser le temps de répondre. Ou Félix tout simplement, qui m'avait aussi fait le coup plutôt au point que je lui avait dit de ralentir alors que maintenant je faisais la même. J'aurais bien explosé de rire, mais là ça aurait fini de lui faire croire que j'étais un cinglé échappé d'un asile avec qui il était bloqué dans une toute petite sphère entourée d'un tas de dinosaures. Ou comment créer la panique !

Au final il prenait le temps de répondre à chacun de mes interrogations, il m'expliqua sa façon de procéder, de se poser quelque ou avec quelqu'un pour dessiner, ou alors de prendre des photos, même si cela lui plaisait moins, afin de pouvoir dessiner plus tard. Et à la façon dont il m'expliquait cela il était aisé de comprendre qu'il faisait cela vraiment BEAUCOUP ! Ce qui était à son honneur, j'admirais les artistes car je savais que moi même je ne pourrais pas en être un, je n'avais pas cette patience. Même sous mon apparence de flemmard qui aime vivre comme un roi, ce qui était vrai, je ne tenais pas en place, un coup je voulais aller sur mon ordinateur, puis me mater un film, puis d'autres genre de films, pour finalement me lasser et vouloir juste m'allonger et pioncer un coup avant de carrément changer d'idée avant même d'avoir fermé les yeux pour décider de sortir et de « forcer » un maximum de mes potes à faire de même pour se faire un ciné ou s'enfiler des bières au bord du lac ou dans la forêt. Donc rester devant une feuille ? Impensable ! C'était comme de demander à un ado de pas bander devant … n'importe quoi en fait ! À cet âge là tout provoquait des réactions bizarre. Bref, vous aurez compris où je voulais en venir ! Il m'expliqua aussi pour les personne sur son dernier dessin, qu'il s'agissait de ses amis donc et aussi de la difficulté à se représenter soit même. C'est vrai que cela devait être tellement difficile, car même via une photo on arrivait pas à avoir un regard objectif et se représenter devenait extrêmement stressant, enfin je sais que moi je n'y arriverait pas, mentalement ça bloquerait. Il y eut juste un petit pépin dans sa voix, ce fut quand il me raconta depuis quand il faisait ça. Il buta sur une phrase, laissant un micro silence, petit, mais assez pour savoir, au vu de la suite, que ça touchait sur quelque chose de sans doute assez douloureux.

Mais il y eut ce petit baiser que sur sa joue pour le remercier, un baiser pourtant innocent qui sembla cependant l'incapacité totalement. Au fond de moi je riais, c'était mignon, mais dans ce cas je me décidais de me montrer plus audacieux. Je me rapprochais de nouveau de lui, posant ma main derrière sa nuque et collais mes lèvres contre les siennes, l'embrassant. Je ne savais pas quelle serait sa réaction, mais l'occasion était trop belle … lui même était beau, dans tous les sens du terme, je voulais en profiter au maximum, tant que nous étions encore là, juste tous les deux, dans un moment de complicité assez grand pour que je puisse me le permettre. Après l'avoir fait durer aussi longtemps que je le pouvais et qu'il me le permit, je me reculais lentement, un doux sourire aux lèvres, avant de reprendre, comme ci absolument de rien était.

« Bah sérieux, encore une fois, c'est impressionnant ! Je suis admiratif, vraiment. Et tes potes on de la chance, d'avoir quelqu'un pour les représenter sur le papier, surtout de cette manière ! Je me demande à quoi ça ressemblerait un dessin de moi … j'espère qu'en vrai les autres ne me voient pas comme un troll tout de même ! « Dessinez moi comme l'une de vos françaises ! » » Lui dis-je en me tournant vers lui, prenant une pose ridicule avant d'éclater de rire. « Mais sinon ouai, je comprend le soucis de ce dessiner soit même, mais tu l'as relevé. Même si sérieusement tu aurais pu te dessiner encore plus beau, car crois moi tu as la marge pour. » Rajoutais-je avec un sourire, avant de rire encore vis à vis de sa toute dernière remarque. « Roh ! Ose dire que cela t'embête ! Sans doute tu aurais préféré que moi aussi je reste dans mon mutisme, en mode mystérieux bad boy mais où on compte quand même les secondes passer ? Et tu devrais compter le nombre de dessins dans tous tes carnets un jour, ça doit être assez amusant. »

Oui, au final comme ci de rien était ! Car au fond je voulais voir sa réaction, voir ce que mon baiser lui avait fait même après être retourné dans le sujet que nous avions justement. Puis en vrai je parlais car je me sentais aussi très con. Car moi qui était normalement un coureur, un dragueur invétéré, après ce baiser j'avais envie de rougir comme un collégien, ce que je ne comprenais pas et essayais de cacher par la parole. Je le regardais de nouveau avant de limite sursauter sur mon siège.

« Oh attend ! Tu me prêtes ton carnet ? J'utiliserais juste un coin de page. Ou non … » D'un coup je me mettais à m'agiter sur mon siège, fouillant mes poches à la recherche de quelque chose (logique me direz vous.). Je finissais par sortir mon porte feuille, y trouvant un ticket de caisse quelconque mais avec le dos vierge, avant de repartir dans des fouilles pour trouver un stylo … bordel, pourquoi fallait-il que ce soit si compliqué ? Faut dire je faisais tout avec mon téléphone, donc je me servais à peine du reste mais mon père m'avait donné cette foutu habitude de toujours me balader avec un stylo, ce qui pour le coup me sauva la mise. Prenant appuie sur l'écran où Jimmy Kimmel nous déblatérait toutes ses anecdotes à la con sur les dinosaures et le Jurassic World qui n'intéressait que Gray, je me mis à gribouiller quelque chose dessus. Une fois fini je me tournais de nouveau vers Félix et lui tendait le bout de papier.

« Tiens, je sais que ça vaut pas grand chose mais comme ça tu auras un petit dessin de moi. Disons que tu as réveillé mon âme d'artiste ! » Et je souriais comme un gosse … et je ne me reconnaissais pas, ayant l’impression d'avoir treize ans à nouveau. Mais qu'importe j'étais fier, fier de lui donner ce petit dessin qui représentait une gyrosphère avec nous dedans. C'était très schématisé et franchement mauvais comparé à ce qu'il faisait, mais objectivement c'était pas trop moche non plus pour un petit gribouillis, pas du tout du bonhomme bâton quoi.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: For god sake ... SHUT UP ! [Felix]

Revenir en haut Aller en bas

For god sake ... SHUT UP ! [Felix]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1

Sujets similaires

-
» sonnet de felix arvers ( mes heures perdues)
» Shut up and drive — LIBRE
» [Cinéma] Eyes wide shut
» Shut up and take my money! [with Onyx and Cloud]
» Présentation de Felix B. Fawkes [Validée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
JURASSIC WORLD ⌖ everything will be different :: ISLA NUBLAR :: Diplodopia Area :: Gyrosphère-